Vous êtes sur la page :  Accueil > A la une

La pyrale du buis : le nouveau prédateur asiatique

Passer les outils de partage et d'impression

Partager  Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Après les dégâts spectaculaires provoqués sur les buis en fin d’été 2016 sur les massifs du Bugey Sud, la pyrale semble avoir passée l’hiver sans encombre. Elle est toujours bien présente au printemps. L’observation sur le terrain laisse à penser que la zone d’attaque va migrer un peu plus au nord et un peu plus haut en altitude.


 

 

1/ La pyrale peut-elle attaquer d’autres arbres que le buis?

A ce jour, la pyrale du buis reste un ravageur spécifique du buis. En dehors de quelques cas très marginaux, elles ne se développent pas sur d’autres essences.

 chenille-pyrale2

2/ Les chenilles ne consomment-elles que les feuilles de buis ?

Non, elles mangent aussi l’écorce des rameaux et du tronc des buis.

 

3/ Tous les buis attaqués en 2016 n’ont plus aucune feuille, sont-ils morts ?

Le buis est très résistant, le fait de perdre ses feuilles ne le condamne pas. Même si ses rameaux sont secs, sa souche et ses racines restent vertes et il va « refeuiller » progressivement à partir du pied. En revanche, les chenilles consomment aussi l’écorce et là c’est plus problématique : un buis à l’écorce fortement consommée peut ne pas repartir…

 

4/ Après tout, serait-ce si problématique si les buis venaient à disparaitre ?

Oui, car s’ils n’ont plus de réelle valeur économique aujourd’hui, ils sont en revanche très important par le rôle qu’ils jouent dans leur milieu. Leur enracinement permet de tenir les versants abruptes et évite l’érosion et les glissements de terrain. Les buis sont de véritables « tampons thermiques » qui permettent de limiter les chaleurs estivales et protègent ainsi les forêts qui poussent sur versant chaud. Enfin, ils constituent un abri de choix pour la faune.

 snip 20170511092942

5/ Les papillons de pyrale attaquent-ils les arbres fruitiers ?      

Non. Ils peuvent se nourrir de fruits très murs, comme les pêches de vignes, les raisins ou les framboises mais sans conséquence sur la santé de l’arbre.

 

6/ Les chenilles sont-elles toxiques pour les oiseaux 

Non. A ce jour, aucune mort d’oiseau n’a pu être expliquée par la toxicité des chenilles. D’ailleurs, il semble que les mésanges et les pinsons en consomment de grandes quantités.

 

7/ Est-ce que je peux sauver les buis de mon jardin ?

Oui. Il faut traiter les jeunes chenilles avec un produit sélectif à base de Bacillus Thuringinsis. Mais pour être efficace, ce traitement doit être effectué à chaque nouvelle génération soit une dizaine de jours après les vols de papillon. 

 

8/ Les autorités ne peuvent-elles pas décider d’un traitement global des massifs pour se débarrasser de cette chenille ?

Un traitement global en forêt est techniquement impossible. Les surfaces à traiter sont immenses. Le produit utilisé (à base de Bacillus Thuringinsis) n’est efficace qu’à certains stades de la chenille. Ces stades varient d’un massif à l’autre et il faut traiter à nouveau à chaque génération (minimum 3 fois par an). Un traitement global est donc techniquement et économiquement irréalisable.

 

9/ On entend dire que le frelon asiatique est un prédateur naturel de la pyrale en Asie ?

Dans son environnement d’origine, la pyrale possède, comme tout insecte, un cortège de prédateurs naturels qui limite son expansion. Mais en Asie, le frelon asiatique n’est pas connu comme étant le prédateur spécifique de la pyrale.

 pyrale-papillonn-sur baie vitrée

10/ J’ai mis un piège à Phéromones et des bassines d’eau savonneuse devant chez moi, cela semble assez efficace ?     

Effectivement, sur une phase de pullulation comme celle de 2016, les pièges et les bassines se remplissent très rapidement mais il faut savoir qu’une femelle peut pondre jusqu’à 1200 œufs durant sa courte vie (15 jours environs). Les quelques centaines de papillon pris dans ses pièges ne constituent qu’une « goutte d’eau dans l’océan ».

 

Plus d'infos :

Eric HELL - Technicien Forestier CRPF

Correspondant Département Santé des forêts Ain

Avenue du 133 RI 01300 BELLEY

06 08 36 45 58

 

Nous suivre

  • Page FacebookTwittericône Ain 360Flux RSS

Accès Extranet

Effacer
Effacer