2e volet du plan d’actions Covid-19 : le Département renouvelle son soutien

Publié le 15 janvier 2021 dans Coronavirus Institution
2e Volet Du Plan D'actions Covid 19 Du Département De L'Ain

La 2e vague de la pandémie de Coronavirus impacte à nouveau durement les Aindinois. Pour venir en aide aux plus fragilisés, particuliers ou professionnels, les élus du Conseil départemental ont voté à l'unanimité, lundi 7 décembre 2020, la mise en place du 2e volet du plan d'actions. Il exerce ainsi pleinement son rôle de collectivité de proximité et de coordination dans la gestion de cette crise sans précédent.

Un soutien inédit

Dès le 25 mai 2020, l’assemblée départementale a approuvé à l’unanimité un plan d’actions inédit de 32 millions d’euros sur 2 ans. Près de 17 millions ont d’ores et déjà été engagés pour faire face aux conséquences humaines, sanitaires, économiques et sociales de la crise liée au coronavirus.

Afin de faire face à la 2e vague de la pandémie et soulager les acteurs du territoire les plus impactés, le Département a enclenché le 2e volet de son plan d'actions. En engageant le fonds de réserve de 5 M€ et les crédits qui n'ont pas encore été alloués, ce plan permet la reconduction de certains des dispositifs mais aussi la mise en œuvre de mesures nouvelles :

  • Soutien psychologique à destination des personnes fragilisées par la pandémie en partenariat avec l’Avema
  • Mobilisation du Département et des acteurs de l’insertion professionnelle en faveur du recrutement en Ehpad
  • Appel au bénévolat pour renforcer temporairement les équipes des établissements médico-sociaux
  • Opérations de soutien aux commerces de proximité
  • Renouvellement du dispositif d’aides aux restaurateurs et aux acteurs du tourisme mis en place lors de la première vague et ajout du secteur évènementiel
  • Soutien diversifié à l’agriculture aindinoise pour les filières viticole, hélicicole et avicole
PA Covid02

Des recrutements dans les Ehpad

Les Ehpad de l’Ain sont actuellement en difficulté et la pénurie de personnels s’est intensifiée avec la crise sanitaire. Pour pallier le manque de personnels et mieux affronter la seconde vague de la Covid-19, le Département a souhaité mettre en place un dispositif de formation accélérée au métier d’agent des services hospitaliers et favoriser l’embauche des personnes en insertion et en recherche d’emploi.

Les personnes repérées par Pôle Emploi, les missions locales et les structures d’insertion par l’activité économique ( SIAE), ont bénéficié d'une formation courte de 2 à 3 jours organisée et mise en œuvre grâce au concours et à l’appui de l’Union des Structures de l’Insertion par l’activité Economique ( l’USIE). Elles intègrent ensuite l’un des EHPAD identifié par les services de l’Agence Régionale de Santé et le Département pour une embauche en contrat à durée déterminée ou par contrat de mise à disposition par une association intermédiaire.

De plus, le Département permet aux bénéficiaires du RSA de cumuler le salaire et le RSA sur 6 mois en neutralisant les revenus issus de la mission confiée, comme c’est déjà le cas pour les vendanges chaque année.

Montant de l'engagement : 50 000 €

Lindita Bega ASH - agent de sevice hospitalier témoigne

Se former pour protéger les personnes âgées

Alors que la situation dans les Ehpad est toujours aussi difficile, le Département permet la formation et le recrutement de personnes en insertion, pour assurer l’entretien des chambres.

Lindita Bega intervient comme agent de service hospitalier à l’Ehpad -Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes- des Jardins de Brou, à Bourg-en-Bresse, depuis début janvier 2021. À l’heure où les établissements manquent de personnel et doivent faire face à la crise sanitaire, ce recrutement est bénéfique pour tous : les résidents, les familles, les professionnels et l'établissement. Et pour Lindita, c’est un nouveau tremplin ! Après des années difficiles, à travailler dans des structures d’insertion sur des missions de repassage, de ménage, elle a aujourd’hui décroché un CDD, qui pourrait être renouvelé.
En décembre 2020, le Département a mis en place une formation accélérée pour permettre à des personnes en insertion de devenir Agent des services hospitaliers (ASH). Avec l’intervention de Pôle emploi et de structures d’insertion et de formation, 25 personnes ont ainsi été formées en fin d’année. Cette formation a permis de leur apporter des connaissances, des techniques et des pratiques, autour du bionettoyage, des besoins spécifiques des personnes âgées, des postures et des produits adaptés.
Au-delà du nettoyage, des regards et des mots échangés
Lindita est heureuse et fière de sa nouvelle activité : « j’arrive tous les matins avec le sourire et beaucoup d’énergie pour m’occuper des chambres des résidents, mais aussi des couloirs, des toilettes… Tout nettoyer et désinfecter avec soin et précision est important. Même si je dois intervenir rapidement pour laisser la place aux autres professionnels, j’apprécie les mots et regards échangés avec les personnes âgées, qui souvent me remercient pour cette bonne odeur de frais qui s’installe dans leur chambre. » Avec une certaine émotion Lindita explique que les résidents lui font penser à ses grands-parents, avec une certaine nostalgie.
Un coup de pouce du Département
Pour Frédéric Signabout, Directeur de l’Ehpad, cette aide du Département est un coup de pouce pour la personne en insertion et pour la structure qui la recrute : « l’aide de 1 000 € que nous apporte le Département pour cette embauche est un petit plus, mais l’essentiel se trouve surtout dans la qualité du travail de Mme Bega qui a su parfaitement s’adapter à notre structure »

Soutien aux secteurs du tourisme et de l'évènementiel

L’attractivité et le dynamisme touristiques du Département reposent en grande partie sur ses structures d’hébergement et de restauration, qui font la qualité de l’accueil et du service dont bénéficient nos visiteurs, qu’ils soient de l’Ain, de la Région ou au-delà.

Depuis le 29 octobre 2020, les restaurants connaissent une nouvelle fermeture administrative qui les met en grande difficulté. Seule la vente à emporter pouvant constituer pour certains une faible alternative à cette fermeture.
De même, les hébergements touristiques subissent de manière indirecte les conséquences des fermetures administratives notamment celles des restaurants et des équipements de loisirs se traduisant par une perte franche et nette de chiffre d’affaires.

A la veille des fêtes de fin d’année, c’est donc un pan majeur de l’économie aindinoise qui est une nouvelle fois fragilisé.
Par conséquent, le Département a décidé de renouveler le fonds de soutien départemental mis en place au printemps 2020 à destination des restaurants, traiteurs, débits de boissons (bars et cafés) hôtels, hôtel-restaurants, résidences de tourisme, hébergements insolites, hébergements collectifs, meublés et chambres d’hôtes touchés une nouvelle fois par la fermeture administrative de leurs établissements . Ce dispositif permettra de participer à la sauvegarde de ces acteurs majeurs de l’économie touristique aindinoise.

Parce que le secteur événementiel est particulièrement impacté par les conséquences directes et indirectes du confinement, le Département a fait le choix d’aider à hauteur de 3 000 € les entreprises de l’événementiel (activités de soutien au spectacle vivant, à l’évènementiel culturel et sportif, organisation de foires, salons professionnels et congrès, traiteurs, gestion de salles de spectacle et de salles de sport, gestion des sites historiques et des réserves naturelles, activités récréatives et de loisirs...).

Les entreprises avaient jusqu'au 21 janvier 2021 pour déposer leur dossier. Plus d'infos

Montant de l'engagement : 3 000 000 €

En mai 2020, lors de la 1ère vague, le Département avait déjà tenu à soutenir les acteurs du tourisme et restaurateurs. Focus sur les 1ères aides attribuées

Une plateforme téléphonique d'écoute et de soutien

Les impacts psychologiques de cette seconde vague de forte ampleur peuvent être très préoccupants pour certaines personnes au profil fragile, leur famille ou encore les soignants et personnels des Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD). Afin de soutenir ces publics touchés par la Covid-19, le Département, en lien avec l’Avema, a mis en place, depuis le lundi 16 novembre 2020, une plateforme opérationnelle joignable au numéro suivant
01 41 83 42 17 (coût d’un appel local), ouverte 7jours/7 de 9h00 à 21h00.

Des professionnels y apportent des réponses rapides, efficaces et de proximité, en orientant les personnes vers la solution la plus adaptée. En fonction des besoins, un accompagnement global sera assuré par les équipes de l’AVEMA, sous les formes de soutien psychologique, d’aide administrative ou de conseils juridiques.

Mise en service en novembre 2020, près de 2 mois plus tard, 324 personnes ont fait appel à la cellule d'écoute et d'accompagnement. Cette action exceptionnelle est reconduite. La ligne reste active !

Montant de l'engagement : 29 100 €

Appel au bénévolat

Parce que la situation sanitaire est particulièrement grave, parce que les personnels des structures sanitaires et médico-sociales connaissent une hausse de leurs activités, le Département a lancé, vendredi 20 novembre, un appel au bénévolat des Aindinois.

Avec le soutien des associations départementales de solidarité qui sont les partenaires quotidiens du Département (Secours Catholique, Banque Alimentaire, Croix-Rouge, Restos du Coeur, Secours Populaire, Tremplin, Alfa3a,Val Horizon...), tous ceux qui le peuvent et qui le souhaitent sont invités à s’engager et à donner de leur temps, pour que les plus démunis et les plus vulnérables ne soient pas les premières victimes de cette crise sanitaire.

Les personnes qui souhaitent venir prêter mains fortes bénévolement aux établissements médico-sociaux sont invitées à se faire connaître auprès du Département :
• par mail : direction.autonomie@ain.fr
• par téléphone au 04 74 32 32 82.

Toutes les personnes seront contactées par le Département qui pourra leur proposer les missions suivantes après un entretien avec les directeurs des établissements : encadrer les visites des familles, prendre de rendez-vous, rappeler les règles à respecter ; désinfecter des locaux ; servir les repas ; animer des ateliers numériques pour maintenir le contact entre les résidents et leurs proches via une tablette ; accompagner les résidents sur des promenades dans le parc de l’EHPAD...

Des candidatures ont déjà été reçues : 39 durant les trois premiers jours.  

Consommez local !

En partenariat avec les trois Chambres consulaires et l’AMF01, le Département a déployé une campagne de communication institutionnelle pour inciter les Aindinois à faire leurs achats de fin d’année dans les commerces de proximité, dès leur date de réouverture, le 28 novembre 2020.

Par ailleurs, dans le cadre du plan de soutien départemental voté en mai, Aintourisme avait réalisé une opération chèques-cadeaux pour les restaurants à la sortie du premier confinement. Avec le même objectif et pour accompagner les conséquences déjà désastreuses de cette « deuxième vague » de circulation du virus, le Département attribuera à Aintourisme une subvention exceptionnelle de 250 000 € en 2021 pour mettre en œuvre des actions de soutien à destination des restaurants dès leur réouverture.

Montant de l'engagement : 280 000 €

Agriculture

Le Département accompagne la filière viticole aindinoise dans le cadre de sa politique agricole d’une part avec un soutien à l’animation de la filière à travers le Syndicat des Vins du Bugey et de l’Union des producteurs de Vins de Seyssel et d’autre part un soutien aux investissements viticoles.

En 2020, cette filière a été fortement impactée par la crise sanitaire du COVID 19. Malgré l’ouverture au public lors du premier confinement de la majorité des caves, leur fréquentation par le grand public a été fortement réduite. De plus, l’annulation de nombreux évènements (portes ouvertes, foires et salons locaux, régionaux, nationaux ; évènements familiaux (mariage, baptême…) a également contribué à réduire les débouchés pour les productions viticoles aindinoises. Ce phénomène s’est accentué avec le second confinement qui est intervenu depuis début novembre 2020.

Quant à la filière hélicicole, elle rencontre des difficultés identiques dans la commercialisation de ses produits de fêtes.
C’est pourquoi la collectivité départementale a souhaité apporter son soutien à ces deux filières, via la création d’un fonds de soutien départemental. L’instruction des demandes sera confiée à la Chambre d’agriculture de l’Ain.

Les différentes filières avaient jusqu'au 20 janvier 2021 pour déposer leur dossier. Plus d'infos

Montant de l'engagement : 700 000 €

Comme au printemps dernier, le Comité Interprofessionnel de la Volaille de Bresse (CIVB) a fait part au Département de difficultés rencontrées par la filière Volaille consécutives à ce second confinement. En raison de la fermeture des différents réseaux de distribution les abatteurs expéditeurs sont contraints de surgeler la Volaille de Bresse.

Afin de soutenir la filière, le Département s'est porté acquéreur, pour le compte de 35 collèges publics de l’Ain, de 2 000 volailles de Bresse.

Montant de l'engagement : 30 000 €

Nous contacter

Département de l'Ain - Direction de la Communication

Sur place
4 avenue du Champ de foire
01000 Bourg-en-Bresse

 

Par téléphone
04 74 32 32 16

En ligne
Email : communication@ain.fr

Ain j'écoute? Posez votre question

La réponse à votre message vous sera transmise cette l'adresse e-mail.
Vos nom et prénom sont facultatifs
Consultez les mentions légales

Autres actualités dans le même domaine