Réhabilitation de l’alpage de la Chenaillette, un Espace Naturel Sensible

Publié le 24 juillet 2021 dans Culture et patrimoine Que faire dans l'Ain biodiversité

En 2014, après plusieurs années d’abandon, le Département de l’Ain devient le propriétaire des 156 hectares de l’alpage de la Chenaillette.

Cette acquisition a été motivée par de forts enjeux environnementaux et agricoles : préserver la faune et la flore, maintenir une activité agricole respectueuse de l'environnement, conserver l'habitat naturel.

Découvrez le programme de réhabilitation, initié par le Département de l'Ain.

Pourquoi investir sur le site de la Chenaillette ?

Situé  au cœur de la Réserve nationale naturelle de la Haute-Chaîne du Jura, sur les communes de Mijoux et d’Echenevex dans l’Ain, la réhabilitation de cet alpage répondait à 3 enjeux :

  • Agricole, pastoral : maintien d’une activité agricole respectueuse de l’environnement et garante de la qualité paysagère ;
  • Environnemental : préservation de la faune (Grand Tétras, Gélinotte, Pic Tridactyle…), de la flore (Grassette à grandes fleurs…) et des habitats naturels ;
  • Patrimonial : conservation du chalet, patrimoine bâti typique de la construction traditionnelle de la Haute Chaîne du Jura.

A noter : vous pourrez apercevoir le site et son chalet en contrebas du parcours du  GR Balcons du Léman entre le Col de la Faucille et le Colomby de Gex.

Les réhabilitations réalisées

La labellisation : 1re étape du programme de réhabilitation


En juillet 2014, le Département labellise le site Espace naturel sensible de l’Ain (ENS).  Cela signifie :

  • une reconnaissance de son importance écologique, géologique et paysagère,
  • une implication concerté dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de gestion avec les acteurs locaux,
  • un engagement tenu par le Département de l'Ain d'en faire un espace dédié au pastoralisme.

Les travaux de remise en état

Un certain nombre de travaux ont dû être mis en œuvre pour redonner au site sa vocation agricole et permettre l’installation d’un troupeau.

  • Automne 2015 : réfection du chemin d’accès effectué par les services du Département.
  • Été 2016 : poursuite des travaux pastoraux et aménagement du chalet : création de 2 réserves d’eau (goyas), réfection de 2 citernes, création d’un réseau d’abreuvoirs, création des clôtures (4 km) et réfection de la toiture, des fenêtres et des enduits du chalet.

Retour de l’activité pastorale

Cet ensemble de travaux a permis l’installation d’un exploitant :  le GAEC des Chauvettes (La Chaumusse, Jura), dont le siège d’exploitation est situé à quelques kilomètres de la Chenaillette.

Depuis le 7 juin 2017, une centaine de génisses laitières pâturent l’alpage. Elles sont surveillées deux fois par semaine par un berger employé par le GAEC.

A noter : des actions de régulations sur les populations de sangliers, qui peuvent avoir un impact très néfaste sur l’alpage, ont été confiées à la Fédération des Chasseurs de l’Ain et les associations de chasse locales.

Un espace naturel sensible autonome en énergie et eau potable

Des travaux complémentaires ont ensuite été réalisés sous maîtrise d’ouvrage du Département pour poursuivre la réhabilitation du chalet afin qu’il puisse servir d’abri d’appoint pour le berger ou l’exploitant.

Des systèmes innovants et nomades (entièrement démontables) ont été installés pour équiper le chalet d’électricité (énergie solaire) et d’eau potable.

Ces solutions techniques sont des innovations développées par l’entreprise ZEST, basée dans l’Ain à Ambérieu-en-Bugey.

Les projets en cours sur le site de la Chenaillette 

La labellisation Espace Naturel Sensible fait de la Chenaillette un site d’expérimentation privilégié pour divers projets de recherche.

2 projets en cours porté par le Parc Naturel Régional du Haut-Jura : 

Alpages sentinelles

Alpage Chenaillette ENS Ain Projet Alpages Sentinelles Parc Naturel Regional Haut Jura

Les Alpages Sentinelles constituent un réseau d’environ 30 alpages suivis sur les massifs des Alpes et du Jura.
Il s’agit à la fois d’un dispositif d’observation (mise en place de différents suivis de long terme sur un échantillon d’alpages) et d’un espace de dialogue : planification de moments d’échanges réguliers entre bergers, éleveurs, techniciens, chercheurs, gestionnaires d'espaces protégés.

Les conditions météorologiques, la végétation et les conduites pastorales sont suivies et étudiées.

Objectif du projet  : observer les pratiques et les effets sur la végétation du changement climatique ainsi que les adaptations mises en place par les exploitants dans leur conduite pastorale. 

Suivi des interactions bovins/faune sauvage

L’alpage de la Chenaillette est, depuis 2021, ponctuellement suivi par des caméras thermiques pour mieux comprendre les interactions bovins/faune sauvage.

Objectif du projet : diagnostiquer la vulnérabilité des troupeaux et de mettre en œuvre des actions adaptées pour protéger ces derniers.  L’IPRA (Institut pour la Promotion et la Recherche sur les Animaux de protection) créé par Jean-Marc Landry est à l’origine de ce programme. 

Les acteurs du programme de réhabilitation de l’alpage

Pilote

Département de l’Ain

Partenaires :

Financeurs :

    • FEADER : Fonds européen agricole pour le développement rural
    • FNADT : Fonds National d'Aménagement et de Développement du Territoire).

Autres actualités dans le même domaine