Que fait le Département pour les personnes en situation de handicap ?

Publié le 18 septembre 2017

Le plan handicap constitue une feuille de route pour les 5 ans à venir. L’objectif du plan handicap est l’inclusion des personnes handicapées. Il ne s’agit pas simplement de changer des formules « prise en charge » par « accompagnement », « intégration scolaire » par « scolarisation » ou « insertion » par « implication sociale ». C’est  véritablement une action dans tous les domaines pour favoriser l’autonomie quel que soit le niveau de dépendance en compensant le handicap, de mettre les personnes handicapées en capacité de faire leurs choix, de rendre accessible la cité, les lieux publics et privés, l’entreprise, pour exercer sa citoyenneté et participer pleinement à la société. 

 

Politique handicap : contexte et moyens

Pour que chacun trouve sa place, il convient d’intégrer totalement la diversité des situations pour qu’une solution pour chacun soit trouvée. Tous les âges sont concernés et aussi bien les femmes que les hommes. Les handicaps sont multiples, parfois complexes, parfois visibles mais aussi invisibles, et parfois évolutif. Il concerne la personne en situation de handicap mais aussi sa famille, son entourage.

Dans ce domaine comme pour les séniors et l’ensemble de l’action sociale, pour progresser, il faudra innover au plan technique et des manières d’agir.

Au vu du diagnostic des difficultés persistantes,  4 principes d’action novateurs sont retenus :

  • La précocité: inscrire l’action du Département le plus tôt possible, le plus en amont possible pour éviter le désarroi, les souffrances, l’inquiétude, l’installation des difficultés.
  • La proximité qui doit guider notre action et celle de nos services à la fois au plan géographique mais aussi au plan relationnel et humain
  • La souplesse et l’adaptation: face à la diversité des situations évoquées précédemment, il convient de sortir définitivement  des réponses stéréotypées pour développer de la souplesse pour répondre aux attentes différentes et de l’adaptation pour offrir une voie à chacun.
  • La continuité du parcours : tout au long de sa vie, en fonction de son âge, de ses besoins et de ses attentes, des étapes se succèdent. Les parcours des personnes handicapées sont encore trop souvent chaotiques au passage à l’âge adulte, à l’âge de la retraite ou simplement au passage du primaire au collège. Par l’anticipation et un travail collectif, ces ruptures doivent pouvoir se gommer.

Le financement du plan handicap s’organise sur 6 ans et autour de 5 natures de dépenses pour un montant total de 51 millions d’euros :

  • Des redéploiements de crédits internes au budget d’action sociale du Département pour plus d’un million d’€ sur la période.
  • Des dépenses de fonctionnement qui ont déjà fait l’objet de décisions de principe mais dont la charge se réalisera dans les années à venir pour un montant total sur les 6 ans de 19 millions et demi d’euros (5 millions 3 par an en rythme de croisière).
  • Des dépenses de fonctionnement compensées par des recettes extérieures pour 365 K€, d’autres concours seront recherchés auprès de la CNSA sans qu’ils soient acquis actuellement.
  • Des dépenses d’investissement nouvelles notamment dans le champ du logement (500 K€)

Des dépenses de fonctionnement nouvelles essentiellement reliées à l’information à l’unité d’hébergement temporaire pour 1,5 millions d’euros sur la période

7 axes pour agir dans le champ social ont été décidés. Un axe transversal a été retenu pour une démarche globale. Huit actions  sont mises en avant pour aller plus loin dans le champ du tourisme et des loisirs.

Politique handicap : principaux objectifs et actions

Renforcer l’action de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) pour plus de proximité

Il s’agit d’être plus proche des habitants de l’Ain en développant des permanences dans la proximité territoriale, en assurant une réponse téléphonique de qualité, en ne laissant pas ceux qui attendent une place sans solution, en ouvrant des télé procédures pour faciliter et simplifier les démarches.

Structurer le champ du soutien à domicile

Pour répondre à l’attente d’inclusion dans nos villes et nos villages, les moyens de l’accompagnement à domicile doivent être développés en quantité, en qualité et en cohérence. Ce secteur ne saurait être le simple prolongement de l’aide à domicile aux personnes âgées. Le Département principal financeur doit structurer ce réseau des acteurs handicap et domicile ainsi que jeter les bases d’un partenariat nouveau avec les intervenants basé sur la recherche de la qualité.

Créer une offre de logements novatrice et inclusive

La rupture avec « la prise en charge en institution » suppose pour certaines personnes d’inventer des réponses nouvelles. Offrir un cadre d’habitat qui offre à la fois un vrai logement autonome et un contexte regroupé pour faciliter la compensation est l’enjeu de ces logements inclusifs. Certaines associations se proposent d’innover avec nous et je vous propose de soutenir et aider ces projets pour pouvoir ensuite lancer un appel à projets pour développer cette logique.

Offrir des places nouvelles pour les adultes

L’évolution des attentes des adultes en situation de handicap vers plus d’inclusion fait évoluer à contrario le besoin de places nouvelles en établissement en faveur des personnes avec des dépendances plus sévères, une intégration sociale difficile, une impossibilité de travailler même en milieu protégé et dans certains cas un besoin de soins continus.

La stratégie de création de places repose sur 3 aspects.

La réalisation effective de projets dont le principe a déjà été décidé

La réalisation effective des projets dont le principe a déjà été décidé : création d’un Foyer d’accueil médicalisé (FAM) pour épileptiques sévères pharmaco-résistants à Tramoyes, création d’un foyer de vie pour personnes handicapées vieillissantes avec l’ADAPEI à Oyonnax, création d’un FAM géré par l’ORSAC à Hauteville-Lompnes, création d’une section pour personnes handicapés vieillissantes à Bellegarde lors de reconstruction de l’Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes de la Croix-Rouge, extension du FAM ADAPEI de Talissieu, extension du Foyer de Vie de l’ARIMC à Virieu-le-Petit et Artemarre.

Le redéploiement de l’offre existante de foyer d’hébergement

Le redéploiement de l’offre existante de foyer d’hébergement pour travailleurs d’ESAT de l’ADAPEI pour créer des structures pour personnes handicapées vieillissantes et un foyer de vie pour jeunes adultes autistes.

Relever le défi de la proximité en créant des places adaptées

Relever le défi de la proximité en créant des places adaptées dans l’Ain pour éviter les placements à l’extérieur du Département et le maintien d’adultes dans les établissements pour enfants à la charge du Département.

Soutenir les parents et accompagner les enfants

Les actions proposés visent à soutenir les parents de jeunes enfants dans le champ qui relève du Département pour faciliter un accueil de qualité du jeune enfant chez une assistante maternelle ou en crèche. Elles visent à expérimenter des actions de soutien à la parentalité et à son exercice avec un enfant différent. Enfin, les actions de nos centres de planification et d’éducation familiale en direction des établissements et services d’adolescents handicapés seraient renforcées autour de la vie affective et sexuelle.

Mieux prendre en compte l’autisme et les « Dys

Ces deux formes de handicap justifient d’une prise en compte spécifique au regard du besoin de clarifier les connaissances et d’aller de l’avant.

Pour l’autisme, le Département participe au dépistage précoce par nos services de Protection Maternelle et Infantile (PMI), qu’il investisse sur l’information des habitants et la formation des personnels. Des créations de places dédiées pour adultes se mettraient en place à la fois par le redéploiement Adapei et pour éviter des maintiens en établissement pour enfants.

Pour les « Dys », le Département apporterait sa contribution au dépistage précoce des troubles du langage et à l’installation d’orthophonistes nécessaires pour la rééducation. Un travail important serait engagé avec l’Éducation nationale pour définir un cadre commun de référence et d’action avec la MDPH. Sur cette base une information des enseignants, parents et habitants de l’Ain serait développée.

Soutenir et accompagner les aidants

Deux actions fortes seraient portées par le Département dans une logique de répit : la création à Hauteville d’une unité dédiée à l’accueil temporaire de personnes handicapées de 10 places dans une logique de répit et d’activités « sport et nature » ainsi que l’extension avec la MSA du baluchonnage aux personnes handicapées.

« Au début du siècle, les ainés étaient pris en charge par toute la communauté, tout un village. Aujourd’hui, le conjoint ou les enfants s’impliquent parfois jusqu’à y laisser la santé. Prendre un peu de temps pour soi, c’est important et vital ! »

Muriel Luga-Giraud, Vice-présidente aux affaires sociales

Politique handicap : responsables et contacts

Nous contacter

Maison départementale des personnes handicapées (MDPH)
13, avenue de la Victoire
CS 50415
01012 Bourg-en-Bresse Cedex
Tél. 04 74 32 33 81
mdph@ain.fr

 

Une confirmation vous sera envoyée à cette adresse.
Connaître votre adresse nous permettra de personnaliser la réponse à votre question.
Vos nom et prénom sont facultatifs

Pour aller plus loin

  • Que fait le Département pour les seniors ?

    Le Département a élaboré un ensemble de mesures d’accompagnement humain et technique, regroupées dans un Plan seniors 01.

  • Toute l’actualité du département

    L'Ain est un territoire dynamique où il fait bon vivre. Retrouvez ici l'actualité économique, touristique, culturelle, sociale, institutionnelle... de notre département.