Que fait le Département pour les seniors ?

Publié le 17 juillet 2017

Parce que notre société doit s’adapter au vieillissement de la population et que chacun, dans sa famille, aspire à bien vieillir, ensemble, le plus longtemps possible... Le Département a élaboré un ensemble de mesures d’accompagnement humain et technique, regroupées dans un Plan seniors 01. Ces actions sont progressivement déployées tout au long du mandat.

Politique seniors : contexte et moyens

  • Aujourd'hui, l'Ain compte 140 787 de plus de 60 ans. Ils seront 12 000 de plus en 2030. Le Département a donc choisi d'anticiper. Le Plan seniors 01 s'appuie sur tous les partenariats existants, et sur ce qui marche, pour les conditions de vie se dégradent le moins possible avec l'âge
  • Budget annuel alloué par le Département de l'Ain : le budget consacré par le Département aux personnes âgées s’élève globalement à plus de 66 millions d’euros en 2016.
    10 millions d’euros par an sont affectés au Plan séniors.

Politique seniors : principaux objectifs et actions

Prévenir la perte d’autonomie

La durée de vie sans dépendance s’est accrue plus vite que la durée de vie. L’objectif de ces actions est de prolonger, soutenir et renforcer cette tendance. Le parcours de vie de la personne qui vieillit comprend des facteurs de risques en lien avec son état de santé (maladie, hospitalisation…) mais aussi avec sa vie personnelle (passage à la retraite, veuvage, isolement relationnel…). L’objectif de ces actions est d’atténuer ces situations pour éviter les ruptures brutales dans le parcours de la personne âgée.

Appel à projets pour des actions collectives et innovantes de prévention de la perte d’autonomie

Les actions concernées par ces appels à projet doivent veiller à à toucher un nombre important de personnes et tenir compte d’une répartition territoriale équilibrée. Le maintien d’activités physiques et intellectuelles constitue un facteur favorable. Des actions à dimension culturelle seront développées portées par les services départementaux (Lecture publique, musées, Archives départementales) ou par des partenaires.

Expérimentation des outils technologiques innovants de prévention de la perte d’autonomie

Il convient de prendre en compte la préoccupation de « sécurité » au sens large, en réponse aux ressentis et aux besoins de la personne âgée.

À titre d’exemples, les outils et les services suivants sont actuellement étudiés et vont être expérimentés :

  • Le « pack sécurité » pour les personnes âgées regroupant des systèmes de téléalarme plus performants avec utilisation de l’image,
  • Le « coussin intelligent » mettant à disposition de la personne âgée des outils numériques de sécurité et de domotique,

  • L’évolution du service postal a éloigné le relationnel gratuit du siècle dernier du postier, et parfois la boîte aux lettres du domicile. Il pourrait donc être expérimenté une visite régulière programmée du facteur des services de La Poste. Ce service serait constitué d’un temps d’écoute et d’une proposition de soutien chez des personnes fragiles.

Les nouvelles technologies constitueront la base de ces actions.

Les actions de prévention de la perte d’autonomie seront coordonnées avec les régimes de retraite, les caisses d’assurance maladie, l’Agence régionale de santé (ARS) et les collectivités locales, notamment les communes.

Vivre ensemble dans l’Ain pour tous les âges

Le vieillissement est une tendance lourde de l’évolution de notre société bien qu’il se vive aujourd’hui dans un meilleur état de santé et souvent sans dépendance. Pour assurer le vivre ensemble dans les Pays de l’Ain, notre société doit s’adapter.

Pour cela, certains thèmes tels que l’organisation des villes et des villages dans un urbanisme adapté échappent aux compétences directes du Département. Il convient de privilégier sur cet axe une coopération forte avec les Communes et les Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI).

Soutien à la mobilité

Le soutien aux politiques territoriales de transport et à la mobilité des personnes âgées isolées. Un dispositif d’aide aux intercommunalités pour le transport à la demande des personnes handicapées existe déjà dans le Département. Il pourrait être étendu aux personnes âgées en perte d’autonomie dans des conditions à déterminer. Cette action constitue un point important, la mobilité est un facteur clé du maintien de la socialisation des séniors.

Adaptation de l'habitat

Cette action vise à adapter son chez soi et se traduit par la mise en place d’un plan ambitieux, économe et réaliste d’adaptation du logement des personnes âgées à la perte d’autonomie, quel que soit leur statut : propriétaire, locataire du parc public ou privé.

Création de logements adaptés

La création dans le parc social de logements adaptés et intégrés au logement familial, l’expérimentation d’une opération de logements intergénérationnels, et la réalisation d’opérations de logements avec domotique intégrée.

Adalogis

La relance de l’action « ADALOGIS » en lien avec les Centres locaux d’information et de coordination gérontologique (CLIC) pour rendre lisible l’offre disponible de logements adaptés.

Nouveau programme Haissor

Mettre en place un nouveau programme Haissor (Habitat intégré service solidaire regroupé) portant sur dix projets présentés dans le cadre d’un partenariat constitué par une collectivité territoriale, un service d’aide et d’accompagnement à domicile et un bailleur social.

Développer l'accueil familial

Un plan de développement et de professionnalisation de l’accueil familial des personnes âgées et handicapées qui se traduit par :

  • Une nouvelle organisation de la procédure d’agrément de l’accueil familial à titre onéreux de personnes âgées et de personnes handicapées pour plus d’efficacité,
  • La signature d’une convention de tiers régulateur entre le Président du Conseil départemental et un Service d’aide et d’accompagnement à domicile,
  • La mise en place de la formation des accueillants familiaux, et d’une information sur cette forme d’accueil.

Mieux vieillir chez soi

Vivre chez soi est l’objectif de chacun d’entre nous. Au travers de cet axe le Plan séniors vise à améliorer les conditions de vie même lorsque la perte d’autonomie apparaît.

La loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement vient renforcer le dispositif de prise en charge et d’accompagnement des personnes âgées dépendantes par le biais d’une réforme de l’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa2) et par la création d’un droit au répit pour l’aidant de la personne âgée. Dans l’Ain, la philosophie du Département de mise en œuvre de ces mesures vise à venir soutenir l’environnement familial et personnel de la personne âgée sans se substituer à lui, ce qui serait synonyme d’assistanat.

Améliorer l’APA

Améliorer l’Apa en conservant la logique de plan d’aide, grâce à une réduction du reste à charge de la personne âgée et à la revalorisation des plafonds des plans d’aide de l’Apa pour les personnes les plus dépendantes.

Former nos évaluateurs

Former nos évaluateurs à la logique d’autonomie des personnes et à l’inscription des plans d’aide en complémentarité des actions déjà en place, en prenant en compte l’environnement de la personne âgée bénéficiaire de l’Apa.

Le droit au répit

Prendre en considération le droit au répit en l’intégrant au plan d’aide de l’Apa Intégré au plan d’aide de l’Apa, le droit au répit pour les proches aidants sera soutenu et financé par le développement de solutions telles que: l’accueil de jour, l’hébergement temporaire, l’aide humaine ponctuelle…

Le « baluchonnage »

Expérimenter de nouveaux modes de services : avec la MSA Ain-Rhône, un service de répit à domicile de type « baluchonnage » pourrait être mis en place suivant le modèle québécois

(Le baluchonnage est une solution inventée Outre-Atlantique, plus flexible et plus approprié aux besoins des familles confrontées à la dépendance de leurs proches, qui permet à l’aidant de prendre quelques jours de répit hors du domicile, tout en évitant au malade un hébergement temporaire qui pourrait lui être préjudiciable, un intervenant venant loger sur place).

Un nouveau Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (CPOM) 2016-2017-2018

Professionnaliser et valoriser le métier d’aide à domicile : poursuivre le programme de rénovation du secteur de l’aide à domicile tel que défini dans les orientations du nouveau Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (CPOM) 2016-2017-2018 (sortir de la logique d’heure, mettre en place un système d’abonnement…).

Dans ce cadre, pour favoriser les recrutements, il convient d’élaborer un véritable plan métier pour le secteur de l’aide à domicile qui portera notamment sur des plans de communication, de formation et de recrutement des professionnels de l’aide à domicile.

Développer et coordonner les actions de soutien aux proches aidants

Développer et coordonner les actions de soutien aux proches aidants pour disposer ainsi d’une couverture territoriale complète en actions d’aide aux aidants. Cet axe doit se renforcer par la mise en place d’un comité de pilotage départemental avec les caisses de retraite et le lancement d’appels à projets pour les territoires non couverts, notamment autour des parcours et accompagnements de fin de vie.

Relever le défi des établissements pour demain

Cette quatrième et dernière orientation concerne à la fois la poursuite de l’expérimentation d’une offre alternative à l’EHPAD, mais également l’adaptation de celui-ci au défi actuel de la très grande dépendance et de la maladie d’Alzheimer et maladies apparentées.

Création d’une Petite Unité de Vie pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer

Une expérimentation par la création d’une Petite unité de vie (Puv) pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou troubles apparentés. Cette action doit s’accompagner de solutions novatrices portant sur le bien-être et la sécurité des personnes accueillies (volet architectural, aménagements et adaptations liés au confort de vie, au projet d’établissement, à la place et au soutien des familles…).

Appel à projet pour la création de deux Puv supplémentaires

Un appel à projet est lancé pour la création de deux Petites unités de vie supplémentaires sur les territoires des Maisons départementales de la solidarité Dombes et Plaine de l’Ain pour compléter la couverture du département.

Un plan de relance sur l’attractivité des résidences autonomie

Un plan de relance portant sur l’attractivité des logements foyers nouvellement appelés résidences autonomie pour la mise en œuvre d’actions d’animation et de prévention de la perte d’autonomie, financées par un forfait autonomie. Le forfait amené par le Département sera couvert par un concours de la Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA). Le Plan séniors offre ainsi l’opportunité pour ces structures d’engager une politique de rénovation et de mise en conformité, en permettant un financement au titre du Plan d’aide à l’investissement de la CNSA.

« 10 projets pour les cinq prochaines années »

Un programme « 10 projets pour les cinq prochaines années » portant à la fois sur la création de lits supplémentaires et sur la mise en œuvre d’un plan de reconstruction, de rénovation et d’adaptation des Établissements d’hébergement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) à la grande dépendance et à la maladie d’Alzheimer et maladies apparentées.

Soutenir les malades d’Alzheimer et leurs familles

Avec 900 000 personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et maladies apparentées, la France fait partie des pays où le nombre de malades est le plus élevé.

225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, soit près d’un toutes les trois minutes. En 2020, un Français de plus de 65 ans sur quatre devrait être touché par la maladie d’Alzheimer. Ce volet transversal « soutenir les malades d’Alzheimer et leurs familles » porte une attention spécifique à la problématique de l’accueil et de l’accompagnement des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et maladies apparentées. La prévalence de ces maladies est évaluée dans l’Ain à environ 7 300 personnes.

L’heure n’est plus dans ce contexte à un plan Alzheimer spécifique, mais à intégrer la maladie d’Alzheimer et ses différents stades de développement à l’ensemble des actions retenues dans le présent Plan séniors du Département de l’Ain. Ils sont prioritairement concernés par :

  • la prévention pour soutenir les malades et leurs familles dans les premières phases de la maladie,
  • l’amélioration de l’Apa, le droit au répit pour les familles,
  • la création d’une Petite unité de vie (Puv) dédiée aux malades d’Alzheimer avec de nouvelles méthodes d’accompagnement,
  • l’adaptation des EHPAD avec la mise en place de Pôles d’activités et de soins adaptés.

Au début du siècle, les ainés étaient pris en charge par toute la communauté, tout un village. Aujourd’hui, le conjoint ou les enfants s’impliquent parfois jusqu’à y laisser la santé. Prendre un peu de temps pour soi, c’est important et vital !

Muriel Luga Giraud, vice-présidente déléguée aux affaires sociales.

Politique seniors : responsables et contacts

Nous contacter

Direction Générale de la solidarité - Domaine Autonomie
13, avenue de la Victoire
CS 50415
01012 Bourg-en-Bresse Cedex
Tél. 04 74 32 58 37
communication@ain.fr

 

Vos nom et prénom sont facultatifs

Pour aller plus loin