La préservation des ressources naturelles : priorité du mandat 2021-2028

Mis à jour le 15 septembre 2022
Priorité ressource forêt

L’eau et la forêt sont des « marqueurs » des ressources naturelles aindinoises qu’il convient de préserver et de valoriser  ! Les forêts aindinoises sont une ressource essentielle pour l’économie, l’écosystème du territoire et la réduction de notre empreinte carbone. L’eau, quant à elle, est un enjeu majeur aussi bien en termes de qualité que de quantité.  

Préserver, gérer et valoriser les ressources naturelles sont au cœur de la stratégie du Département de l’Ain qui déploie de nombreuses actions depuis des années. Aujourd’hui, pour s’adapter au changement climatique et aux nouveaux défis qu’il nous impose, le Département fait de la préservation des ressources naturelles, "La forêt" et "l'eau", un enjeu prioritaire, découvrez son plan d’action.

Picto Priorité ressources forêt eau

Préserver la ressource naturelle  : les forêts aindinoises

Avec 204 000 hectares de forêts, 1 350 entreprises générant 5 500 emplois, la filière forêt-bois de l’Ain constitue un secteur important de l’économie du territoire. La forêt est, en effet, une ressource essentielle pour l’économie et l’écosystème du département, mais aussi pour la réduction de notre empreinte carbone.

Face aux nécessités d’adaptation liées au changement climatique, le Département a fait de la préservation de la ressource « forêt » une de ses priorités. Des Assises de la forêt et du bois se sont tenues en octobre 2021 et en mai 2022.

Voici les nouvelles actions votées lors de la session du 5 juillet 2022, réparties en 3 axes et dotées d’un budget de 800 000 € par an sur la période 2022-2025 (soit une augmentation de 270 000 € par rapport au budget annuel du Livre blanc).

Les actions : 3 axes de travail

AXE 1 : la filière forêt-bois, une économie au service des enjeux environnementaux et climatiques

  • Renforcement des conventions « construire une ressource forestière pour l’avenir » (70 000€) et « construire une ressource forestière pour la plaine et le blocage de l’Ain » (35 000 €) permettant l’attribution d’aides financières aux propriétaires privés et publics pour le reboisement, l’entretien et l’amélioration des peuplements forestiers dans un contexte de changement climatique.
  • Adhésion à Sylv’acctes (9 000 € pour 2022) pour accroître la complémentarité des actions.
  • Développement d’initiatives en faveur de la biodiversité et de la préservation des sols forestiers et de la ressource en eau.
  • Développement de projets utilisant de nouvelles essences ou des essences dépréciées permettant d’apporter de la plus-value pour la filière bois.

AXE 2 : la filière forêt-bois, un lien amont-aval à consolider pour une dynamique territoriale

  • Connaissance de la ressource locale à disposition pour le tissu industriel et la préservation de l’environnement.
  • Promotion des métiers et accompagnement vers le déploiement des compétences dans la filière.

AXE 3 : La filière forêt-bois : au cœur des enjeux humains et sociétaux

  • Création d’un réseau d’entreprises en lien avec les chambres consulaires (Chambre des Métiers et de l’Artisanat, Chambre de Commerce et d’Industrie) et élaboration d’un plan de communication stratégique.
  • Mise en place d’événements départementaux qui mettront à l’honneur la filière forêt bois dans l’Ain.

Retours sur les Assises du bois et de la forêt de 2021 et 2022

Les premières Assises départementales de la forêt et du bois, qui se sont tenues le 21 octobre 2021 à Nantua, ont réuni plus de 120 professionnels de la filière. Elles ont marqué le point de départ d’une large concertation autour des problématiques suivantes :

  • Comment concilier production et préservation de la ressource forestière ?
  • Comment le reboisement sert à l’aménagement du territoire à l’heure de la transition énergétique et écologique ?
  • Comment garantir un usage local de la ressource forestière ?

Phase de concertation : de décembre 2021 à février 2022
Un espace de dialogue dynamique a permis d’élaborer des actions concrètes visant à répondre aux enjeux et problématiques soulevées lors des Premières Assises. Neuf réunions se sont tenues, rassemblant 149 personnes, soit 2 680 heures de réflexion pour élaborer des axes et des actions en lien avec la gestion forestière dans le contexte de changement climatique, la valorisation de la ressource locale et notamment les bois scolytés, le morcellement, l’emploi et le recrutement, la communication grand public…

Les deuxièmes Assises du bois et de la forêt  se sont tenues le 6 mai 2022 à Péronnas. Plus de 80 professionnels et acteurs de la filière étaient présents le 6 mai dernier à Péronnas, lors des 2e Assises pour échanger, notamment, sur la thématique de la relève de demain avec le témoignage d’élèves, d’apprentis, d’étudiants qui suivent des formations sur le territoire aindinois.

Une filière d'excellence... 

- 2e département de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour la récolte de feuillus 
- 1er département d'AURA pour le sciage des feuillus (35%) et des sapins/épicéas (21%) 
- 24 scieries qui débitent 350 000 m3 de bois/an 

- 53 chaufferies publiques pour 40 MW de puissance 

- 40 entreprises spécialisées dans la construction bois et 1 350 en lien direct avec la filière. 5 500 salariés 

- 5 établissements de formation / 370 élèves (54% en apprentissage) 

Préserver la ressource naturelle  : l’eau

Après avoir travaillé à restaurer principalement la qualité, l’enjeu de la protection de la ressource en eau s’oriente vers la réalimentation des nappes phréatiques, la protection des milieux naturels et la biodiversité pour pérenniser les usages de la ressource. 

Priorité ressource eau

Contexte et enjeux :

  • 3 territoires identifiés  dans le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux comme étant en déficit quantitatif : Ain Aval, Pays de Gex et Séran, donnant lieu à 3 Plans de Gestion de la Ressource en Eau (PGRE), 
  • 1 Projet de Territoire pour la Gestion de l'eau à venir sur la Dombes. Il s’agit entre autres de pouvoir préserver l’activité économique de certaines filières très dépendantes de l’eau telles que l’agriculture, la pisciculture, la viticulture, la sylviculture, le tourisme, l’industrie…
  • Mais aussi de préserver un milieu naturel cher aux Aindinois dont les lacs glaciaires (Nantua, Sylans…), les Etangs de la Dombes, le Lac Léman, plus de 3  000 km de cours d’eau dont 3 majeurs  : un fleuve  «  le Rhône  », la Saône et l’Ain, rivière éponyme. Par exemple, 8% du territoire est classé en zone humide là où la moyenne métropolitaine s’arrête à 3 %.

Découvrir le plan d'action :

Pour répondre à ces enjeux prioritaires, le Département de l’Ain œuvre pour une protection efficace de l’eau et apporte son aide et son assistance technique aux collectivités locales, aux communes, aux syndicats et aux intercommunalités.

S'adapter au changement climatique :

  • Désimperméabiliser, revégétaliser, récupérer les eaux de pluie, dans les collèges mais aussi dans les bâtiments départementaux, lors de nouvelle construction ou de réhabilitation.
  • Impulser et soutenir les démarches d'adaptation au changement climatique et de gestion des ressources en eau aindinoises, notamment en accompagnement du Projet Territorial de Gestion de l’Eau de la Dombes et en renforçant les mesures des niveaux de l'eau souterraine en créant 4 nouveaux points de suivi (achat de 4 piézomètres, pour un montant de 250 000 euros financés à 50% par l'agence de l'eau) et automatisation de 4 autres existants.

Préserver les activités économiques et privilégier le stockage de l'eau :

  • Garantir la pérennité des filières agricoles (création de réserves d’eau, récupération de l’eau des bâtiments agricoles, soutien aux systèmes d’irrigation collectifs qui soulage la ressource en eau...).
  • Permettre la réutilisation, en zone de montagne, des anciens captages d’eau (vieux réservoirs...) pour l’abreuvement du bétail.
  • Tester de nouvelles cultures ou pratiques ayant des besoins hydriques moins exigeants, plus adaptées au changement climatique.

Préserver la ressource en eau et les milieux naturels :

  • Recharger les nappes phréatiques en retrouvant les fonctionnalités des cours d’eau, des zones humides qui jouent un rôle important de régulation des flux et des haies.
  • Ces zones humides sont, de plus, des milieux naturels particulièrement riches en faune et flore, certains sont labellisés Espaces naturels sensibles (ENS)
  • Bonifier les aides en faveur de certains investissements ciblés des Communes et des EPCI, en matière de lutte contre les fuites sur réseaux d’eau potable, visant à limiter les prélèvements sur la ressource.

En confortant la politique de l’eau existante, ce plan d’action donne aussi à la politique de l’eau une dimension plus transversale encore, en s’associant en cohérence avec le plan collège et le plan nature.

Budget alloué  (2022) pour le plan en faveur de l’eau de  1,2 M€ de budget supplémentaire.

Les projets :

La politique de l’eau  du Département  se caractérise désormais dans le volet «  eau  » de la contractualisation entre les collectivités et le Département par :

  • Une aide aux collectivités : 8 M€ d’aides par an avec un véritable effet sur l’économie et l’activité des entreprises du BTP (1 650 projets structurants pour 446 M€ de travaux depuis 2015)
  • Une aide aux installations d’assainissement non collectif (ANC)  : 300  000 €/an et 150 particuliers aidés.
  • Un suivi des eaux superficielles et souterraines (suivi qualitatif et quantitatif) : 135  000 €/an
  • Une aide à la restauration des fonctionnalités des milieux aquatiques : 600  000 €/an

La valorisation de l’utilité des réservoirs naturels  : labels Espaces Naturels Sensibles, RAMSAR et Rivières Sauvages.

En savoir plus...

💬 Vous souhaitez en savoir plus ?

La réponse à votre message vous sera transmise cette l'adresse e-mail.
Vos nom et prénom sont facultatifs
Consultez les mentions légales

Pour aller plus loin